En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'installation de cookies sur votre terminal. Plus d'informations sur les cookies
SAIN BEL
Contact

Mairie de SAIN BEL

Place La Mairie
69210 SAIN BEL

Tél : 04 74 01 24 80
Fax : 04 74 01 34 87

contact@sain-bel.fr

Horaires d'ouverture :

Du lundi au mercredi de
8h30 à 12h et de 16h30 à 18h

Le jeudi et le vendredi de
8h30 à 12h

Le samedi de 9h à 12h

Essai de sirène le 1er mercredi de chaque mois

Bienvenue sur le site internet de la Mairie de Sain-Bel

 

 

Mairie de SAIN BEL
Place La Mairie
69210 SAIN BEL

Tél : 04 74 01 24 80
Fax : 04 74 01 34 87

contact@sain-bel.fr

Horaires d'ouverture :

Du lundi au mercredi de 
8h30 à 12h et de 16h30 à 18h

Le jeudi et le vendredi de
8h30 à 12h

Le samedi de 9h à 12h

Essai de sirène le 1er mercredi de chaque mois

Le nouveau site web de la commune vient de sortir :

sain-bel.fr

le site sur lequel vous naviguez ne sera plus mis à jour

-----------------------------------------------------

Le 30 mai 2017, à l'issue d'un communiqué de presse concernant son contentieux avec Enedis à propos des compteurs Linky, la municipalité de Sain-Bel questionnait ainsi les 15 candidats députés de la 8e circonscription :

Si vous êtes élu, comptez-vous ou non exiger du gouvernement la reconnaissance officielle du droit des citoyens français à refuser, sur simple demande et sans aucun chantage, que leur raccordement au réseau de distribution électrique, de gaz ou d'eau soit assujetti à la pose d'un "compteur communicant" ?

Voici les réponses reçues :

de Fabien Marchi, France Insoumise, le 30/5/2017 à 13h52

Je vous remercie pour votre message, et surtout pour la démarche courageuse de votre commune que je découvre dans ces lignes. Sachez que l’attachement de la France insoumise au respect du choix individuel est total ; et que à titre personnel je refuserai par tous les moyens l’installation d’un tel compteur à mon domicile. Pour toutes les raisons que vous avez soulevées.

Nous sommes convaincus que les biens communs tels que l’eau et l’électricité doivent relever du service public ; nous défendons la gratuité des premiers mètres cubes d’eau et des premiers kwh d’électricité, pour au contraire augmenter le tarif des mauvais usages. Nous défendons en outre la liberté individuelle et la protection des données privées.

Pour toute ces raisons, vous pouvez faire savoir à vos administrés que les élus de la France insoumise, et moi en particulier, proposeront ou soutiendront toute proposition de loi visant à garantir la liberté de choix dans la pose de compteur Linky, que ce soit pour les raccordements existants ou les nouveaux raccordements.

de Michel Botton, sans étiquette, le 31/5/2017 à 11h10

Par la présente je réponds positivement à votre question sur le fait de laisser aux citoyens le droit de refuser sur simple demande et sans aucun chantage l'installation de compteurs communicants.

Au cours de mes 40 ans de vie professionnelle dans la Santé Publique (centres de dialyse)  j’ai toujours défendu  le respect de la vie privée et la confidentialité des données médicales

Je porte à votre connaissance que j’ai soutenu l’installation expérimentale de TELEMEDECINE réalisée dans la Pharmacie du Dr Jean-Luc TACCARD à TERNAND (69620 ) pour l’accès et la permanence des soins dans un territoire rural et isolé.

de Patrice Verchère, LR, le 31/5/2017 à 12h30

J'ai bien reçu votre question et  rappelle mes deux questions sur le sujet dans le cadre des séances de l'assemblée nationale :

Le 8/10/2013, au ministre de l'écologie, à propos d'une étude de UFC-Que Choisir montrant que les compteurs Linky étaient sources d'une augmentation de la facture de consommation des usagers ;

Le 9/6/2015, à la ministre de l'écologie, sur la non prise en compte dans la volonté de généraliser le déploiement des Linky, du syndrome d'intolérance aux champs électromagnétiques.

de Pierre Tixier, PCD, le 5/6/2017 à 18h16

J'ai bien reçu votre mail au sujet des compteurs Linky.

C'est un sujet que je connais moins que vous, et mes informations ne sont certainement pas complètes. Néanmoins, sachez que je souhaite avant tout que les personnes, dans notre pays, soient respectées.

Je ne peux donc accepter :

- que soient imposés des systèmes communicants, dont on peut imaginer que l'objectif final n'est pas pour faire gagner de l'argent au consommateur. L'aspect qui me gène en particulier est cette surveillance quotidienne, avec un relevé heure par heure, donnant directement des informations sur la vie et les habitudes des habitants.

- que soient installés de force des systèmes pouvant être néfastes à la santé des personnes, ou des biens.

Si je suis élu, je proposerai les modifications nécessaires afin d'assurer la sécurité des personnes et la non ingérence de force dans la vie des personnes.

De Bénédicte Hominal, EELV, le 6/6/2017 à 10h21

EELV n'est pas opposé au déploiement d'un compteur intelligent. C'est un outil de la transition énergétique qui doit permettre une meilleure maîtrise des flux d'énergie et augmenter les possibilités de délestage en cas de pic de consommation. Toutefois, Enedis doit respecter ses clients. Si certains refusent l'installation des compteurs c'est leur droit. Les pressions exercées auprès des communes et des particuliers doivent cesser. Le déploiement doit se faire plus progressivement avec pour priorité les entreprises et les consommateurs qui souhaitent mieux connaitre leur consommation. Il doit être associé à des investissements permettant aux fonctionnalités de délestage du compteur Linky d'être effectives. La protection des données et leur non-utilisation à des fins commerciales devra être garantie par l'opérateur et par les vendeurs d'énergie. En clair, si nous sommes élus nous nous assurerons que dans ce dossier, comme dans d'autres, les pressions cesseront, que l'argent public sera bien utilisé, que le respect des personnes sera effectif et que tout le monde bénéficiera d'une information claire des enjeux.

--------------------------------------------------------

Madame, monsieur,


après plusieurs mois de tentative de résistance à la pression d'Enedis, nous avons décidé de retirer notre arrêté et notre délibération visant à empêcher le déploiement des compteurs Linky sur le territoire de Sain-Bel.
Nous ne reviendrons pas sur les inquiétantes questions soulevées par la généralisation des "compteurs communicants" concernant la protection de notre vie privée ou notre santé , ni sur son coût prohibitif pour la collectivité nationale à une période de vaches maigres. Ce sont les nombreuses alertes lancées par d'autres pays que la France, et relayées aussi par maint associations, qui étaient la raison de notre volonté de tenter de protéger notre population. (Sexy, Linky ?, un petit livre exposant parfaitement le problème, reste disponible en mairie et à la bibliothèque)

La bataille juridique pour le droit fondamental au libre choix des consommateurs n'est pas terminée, et nous espérons que d'autres communes engagées dans ce combat, des associations, puissent continuer de la porter. Mais nous ne voulons pas que notre volonté de protéger nos administrés se retourne contre eux, quand la justesse de la cause que nous voulons soutenir leur échappe d'autant plus certainement que le rouleau compresseur de la propagande mercantile et de l'argent n'est, pour le moment, que peu contrarié par les instances de pilotage de ce pays. Même si, le 27 avril dernier, madame Ségolène Royal, alors ministre de l'Environnement a publiquement rappelé à l'ordre la direction d'Enedis en ces termes : "Le déploiement du compteur Linky ne doit en aucun cas être une contrainte imposée aux usagers et je vous demande de faire cesser ces pratiques qui contredisent ma volonté de faire adhérer l’ensemble des français à la transition énergétique de manière positive et participative." 

En tant que municipalité, nous avons eu à subir la véritable prise en otage de ceux de nos administrés qui demandaient leur raccordement au service d'électricité, Enedis refusant systématiquement de les servir tant que la commune n'acceptait pas les Linky sur son territoire. Nous avons aussi été menacés de nous voir réclamer des pénalités si nous retardions le déploiement du Linky. Nous avons tenu bon jusqu'au moment où il aurait fallu nous lancer dans des procédures coûteuses, alors que le budget de la commune est soumis à la diminution drastique des aides de l'État et des autres collectivités territoriales, et ce à un moment où un investissement majeur est envisagé : la construction d'un groupe scolaire.

Chacun d'entre vous, chaque foyer, a néanmoins - officiellement du moins - la possibilité de refuser qu'Enedis lui impose un Linky. A Sain-Bel, le "déploiement" de ces compteurs est prévu en 2018, et sera peut-être même organisé dès la fin 2017, tant le concessionnaire du service public pour la gestion et l'aménagement du réseau met de hâte à vouloir liquider ce dossier, sans prendre le risque d'une possible jurisprudence modérant un peu ses prétentions. Nous invitons donc tous les habitants qui souhaitent conserver leur ancien compteur à se faire connaître en mairie. Nous ne manquerons pas de rappeler à Thierry Jayat, "directeur d'Enedis dans le Rhône", la réponse qu'il a tout de même été obligé de concéder dans la tribune décomplexée que lui a accordé Le Progrès (29/4/2017) : 

"Maintenant, si concrètement, quelqu’un s’oppose à l’installation, on ne va pas aller à l’encontre de cette personne".


Et nous aiderons ces administrés à obtenir la satisfaction de ce qui leur est encore reconnu comme un droit, même s'il est assorti de nombreuses menaces et contraintes administratives abusives. Quelques exemples de ces menaces, et de méthodes inadmissibles en pays de Droit, sont données dans les liens de cette pétition en ligne, que nous vous invitons à signer. Elle devrait même pouvoir être signée par des personnes ne s'opposant pas à Linky, car elle dénonce juste des exactions qui ne devraient pas avoir cours en démocratie :
http://www.mesopinions.com/petition/politique/agressions-physiques-violations-domiciles-menaces-mensonges/29500

Il est toujours pénible de devoir abandonner une cause à laquelle on a cru et pour laquelle on s'est vivement engagé. Mais être élu d'un suffrage suppose aussi d'être capable d'arbitrer quelquefois entre le souhaitable et le possible. 

Nous tenons toutefois à interpeler solennellement les candidats à la députation sur cette simple question : comptez-vous ou non exiger du gouvernement la reconnaissance officielle du droit des citoyens français à refuser, sur simple demande et sans aucun chantage, que leur raccordement au réseau de distribution électrique, de gaz ou d'eau soit assujetti à la pose d'un "compteur communicant" ?

----------------------------------------------------------------------------

La population française refusant le compteur communicant LINKY de façon de plus en plus massive, l'industriel Enedis tente d'imposer ce compteur par les moyens les plus abjects. Il faut dire STOP à la campagne de violence d'Enedis pour imposer le compteur LINKY

signez la pétition ici

----------------------------------------------------------------------------

Un mouvement citoyen se bat contre les changements d'horaires du bureau de poste
cliquez sur l'image pour accéder à son blog

 

-------------------------------------------------

 

Message du SYRIBT :

Depuis 2012, le Syndicat de Rivières Brévenne-Turdine a engagé une grande campagne de diagnostics de vulnérabilité sur le bassin versant à destination des propriétaires de biens à usage d’habitations et des entreprises situés en zone inondable. Les propriétaires le souhaitant peuvent bénéficier d’un diagnostic gratuit leur permettant de connaître les améliorations à apporter lors de travaux de rénovation pour limiter l’impact de la crue.

Ces travaux ont été rendus obligatoires dans les zones rouges et bleues identifiées sur le bassin versant Brévenne-Turdine suite à l’approbation du Plan de Prévention des Risques Naturels d’Inondations (PPRNI) en mai 2012. Le Fonds de Prévention des Risques Naturels Majeurs contribue au financement de ces mesures obligatoires à hauteur de 20% pour les biens utilisés dans le cadre d’activités professionnelles de moins de 20 salariés et à hauteur de 40% pour un bâtiment à usage mixte ou d’habitation.

A compter de la date d’approbation du PPRNI, les propriétaires disposent d’un délai de 5 ans pour la réalisation de ces mesures.

Si vous souhaitez bénéficier des subventions accordées par l’Etat, la demande doit donc être faite avant le 22 mai 2017. Au-delà de cette date, l’Etat ne versera plus de subventions pour la réalisation des travaux de réduction de la vulnérabilité.

Nous vous invitons à vous rapprocher rapidement du SYRIBT pour le montage du dossier de subventions et pour toutes questions relatives à cette procédure.  Vous pouvez contacter la Chargée de mission inondations, Julie COUVE, au 04 37 49 70 88 ou par mail : julie.couve@syribt.fr

---------------------------------

Le Pays de L’Arbresle et les Monts du Lyonnais lancent un questionnaire sur l’utilisation du tram-train et à sur l’opportunité de prolonger la ligne existante.
Vous êtes usager des transports en commun régulier ou occasionnel ?
Vous rencontrez des difficultés à circuler en bus ? En train ?
Vous avez envie que la situation s’améliore ?
Vous aimeriez aller au travail autrement ?

Merci de consacrer quelques minutes de votre temps pour compléter ce questionnaire. Votre participation massive à cette consultation démontrera votre intérêt pour les transports en commun et pour l’évolution du réseau.

cliquez ici


------------------------------------------------------------------------------------

Le calendrier de collecte des ordures ménagères 2017 : c'est ici
Disponible en version papier à la Mairie
Cette année le calendrier sera distribué par la CCPA via les services postaux. Il ne sera donc pas joint au bulletin municipal.

------------------------------------------------------------------------------------

La version complète du DICRIM (Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs (inondations...) est disponible ici

------------------------------------------------------------------------------------

Participer à la souscription pour la croix de Sain-Bel, c'est contribuer à la préservation du patrimoine local.

Plus d'informations ici

 

 

Accès aux derniers articles publiés :

compte rendu du Conseil municipal du 9/6/17

Compte rendu du Conseil municipal du 11/4/17

- Compte rendu du Conseil municipal du 17 mars 2017

- Révision du PLU

- Compte rendu du conseil municipal du 9/12/16

- ordre du jour du Conseil municipal du 9/12/16

- Réduction des déchets

- Compte rendu du conseil municipal du 1er octobre 2016

- Participer à la souscription pour la croix de Sain-Bel

Compte rendu du Conseil municipal du 2 juillet 2016

- Le programme des festivités du 13 juillet 2016

- Réunion du Conseil municipal le 2/7/16 à 10h

- Conteneurs enterrés

- La gazette de mai 2016

Linky : un article totalement malhonnête de Maire-Info

- Compte rendu du Conseil municipal du 8 avril 2016 

- Compte rendu du Conseil municipal du 24 février 2016

Compte rendu du Conseil municipal du 27 novembre 2015

- Eclairer pour rien la nuit...

 

 

Le 30 mai 2017, à l'issue d'un communiqué de presse concernant son contentieux avec Enedis à
propos des compteurs Linky, la municipalité de Sain-Bel questionnait ainsi les 15 candidats
députés de la 8 e circonscription :
Si vous êtes élu, comptez-vous ou non exiger du gouvernement la reconnaissance
officielle du droit des citoyens français à refuser, sur simple demande et sans aucun
chantage, que leur raccordement au réseau de distribution électrique, de gaz ou d'eau
soit assujetti à la pose d'un "compteur communicant" ?
Voici les réponses reçues :
de Fabien Marchi, France Insoumise, le 30/5/2017 à 13h52
Je vous remercie pour votre message, et surtout pour la démarche courageuse de votre
commune que je découvre dans ces lignes. Sachez que l’attachement de la France insoumise au
respect du choix individuel est total ; et que à titre personnel je refuserai par tous les moyens
l’installation d’un tel compteur à mon domicile. Pour toutes les raisons que vous avez soulevées.
Nous sommes convaincus que les biens communs tels que l’eau et l’électricité doivent relever du
service public ; nous défendons la gratuité des premiers mètres cubes d’eau et des premiers kwh
d’électricité, pour au contraire augmenter le tarif des mauvais usages. Nous défendons en outre
la liberté individuelle et la protection des données privées.
Pour toute ces raisons, vous pouvez faire savoir à vos administrés que les élus de la France
insoumise, et moi en particulier, proposeront ou soutiendront toute proposition de loi visant à
garantir la liberté de choix dans la pose de compteur Linky, que ce soit pour les raccordements
existants ou les nouveaux raccordements.
de Michel Botton, sans étiquette, le 31/5/2017 à 11h10
Par la présente je réponds positivement à votre question sur le fait de laisser aux citoyens le
droit de refuser sur simple demande et sans aucun chantage l'installation de compteurs
communicants.
Au cours de mes 40 ans de vie professionnelle dans la Santé Publique (centres de dialyse)  j’ai
toujours défendu  le respect de la vie privée et la confidentialité des données médicales
Je porte à votre connaissance que j’ai soutenu l’installation expérimentale de TELEMEDECINE
réalisée dans la Pharmacie du Dr Jean-Luc TACCARD à TERNAND (69620 ) pour l’accès et la
permanence des soins dans un territoire rural et isolé.
de Patrice Verchère, LR, le 31/5/2017 à 12h30
J'ai bien reçu votre question et rappelle mes deux questions sur le sujet dans le cadre des
séances de l'assemblée nationale :
Le 8/10/2013, au ministre de l'écologie, à propos d'une étude de UFC-Que Choisir montrant que
les compteurs Linky étaient sources d'une augmentation de la facture de consommation des
usagers ;
Le 9/6/2015, à la ministre de l'écologie, sur la non prise en compte dans la volonté de
généraliser le déploiement des Linky, du syndrome d'intolérance aux champs
électromagnétiques.
de Pierre Tixier, PCD, le 5/6/2017 à 18h16
J'ai bien reçu votre mail au sujet des compteurs Linky.
C'est un sujet que je connais moins que vous, et mes informations ne sont certainement pas
complètes. Néanmoins, sachez que je souhaite avant tout que les personnes, dans notre pays,
soient respectées.
Je ne peux donc accepter :
- que soient imposés des systèmes communicants, dont on peut imaginer que l'objectif final n'est
pas pour faire gagner de l'argent au consommateur. L'aspect qui me gène en particulier est cette
surveillance quotidienne, avec un relevé heure par heure, donnant directement des informations
sur la vie et les habitudes des habitants.
- que soient installés de force des systèmes pouvant être néfastes à la santé des personnes, ou
des biens.
Si je suis élu, je proposerai les modifications nécessaires afin d'assurer la sécurité des personnes
et la non ingérence de force dans la vie des personnes.
De Bénédicte Hominal, EELV, le 6/6/2017 à 10h21
EELV n'est pas opposé au déploiement d'un compteur intelligent. C'est un outil de la transition
énergétique qui doit permettre une meilleure maîtrise des flux d'énergie et augmenter les
possibilités de délestage en cas de pic de consommation. Toutefois, Enedis doit respecter ses
clients. Si certains refusent l'installation des compteurs c'est leur droit. Les pressions exercées
auprès des communes et des particuliers doivent cesser. Le déploiement doit se faire plus
progressivement avec pour priorité les entreprises et les consommateurs qui souhaitent mieux
connaitre leur consommation. Il doit être associé à des investissements permettant aux
fonctionnalités de délestage du compteur Linky d'être effectives. La protection des données et
leur non-utilisation à des fins commerciales devra être garantie par l'opérateur et par les
vendeurs d'énergie. En clair, si nous sommes élus nous nous assurerons que dans ce dossier,
comme dans d'autres, les pressions cesseront, que l'argent public sera bien utilisé, que le respect
des personnes sera effectif et que tout le monde bénéficiera d'une information claire des enjeux.

122163 visites
a3w.fr © 2017 - Informations légales - sain-bel.a3w.fr